The Kerbiquet Wheneverly News

10h30, dimanche matin


L’accueil de la patronne du café-hôtel-restaurant est comme ses chambres: chaleureux et sans chichis. La salle à manger est déjà fin prête pour l’arrivée, tout-à-l’heure, des convives de la classe 37; dans un coin du bar silencieux et tout propre, je suis pour l’instant seule à la table du petit déjeuner. Le thé fume dans un pot en inox ; à ma demande d’un morceau de fromage a répondu une assiette fraîche et bien garnie.


Ne nous laissons pas distraire…


De ma boîte mail à ma radio, je n’entends que commentaires, contre-commentaires et contre-contre-commentaires à propos de la récente Breizh Touch (où, du reste, il se trouve que je n’étais pas. J’étais à Stains avec Loened Fall, pour un petit fest-noz qui suivait la projection du match de rugby, et j’ai passé une fort bonne soirée). Je suis tout ça avec la sérénité d’une Prim’Holstein qui reviendrait d’un stage de zen, me disant que si l’occasion s’en présente  j’en discuterai volontiers entre quatre-z-yeux avec certains intéressés et autres contre-commentateurs, dont beaucoup sont de mes amis même s’ils se f…ent régulièrement sur la gueule. …

* “Solitaire”: bons baisers du pays des fées

Où ai-je donc passé la magique journée qui m’a menée de mi-août à la semaine dernière, écornant salement ma régularité épistolière? Eh bien, dans cette photo, c’est-à-dire en résidence à Lamballe, au centre culturel Quai des Rêves. Pour le bronzage, ce n’est pas le meilleur choix. En revanche, pour travailler à la fois sereinement et intensément avec des gens dont la présence au monde rend le monde meilleur, ça se défend bien.


Veuillez excuser cette interruption etc…

Vous connaissez ces contes où le héros se retrouve accueilli dans un royaume de rêve, y reste trois jours et, à son retour, s’aperçoit qu’il est parti cent ans? Eh bien, je rentre pour ma part d’une longue et belle journée de travail et je m’aperçois que trois semaines se sont écoulées pendant que j’avais le dos tourné!


C’est donc avec un zèle pénitent que je commence les mises à jour de l’agenda

* Mélisme(s) enregistre(nt)

Les plus assidus lecteurs de la présente gazette ainsi que les amateurs de musique classique autant que de musique bretonne (et il y en a, j’ai des noms) savent que dans ma double vie, c’est-à-dire quand je ne chante pas la gavotte avec un os en polystyrène dans les cheveux ni ne coupe les quarts de ton en quatre, je fais partie de l’ensemble vocal Mélisme(s). Travail passionnant avec le chef Gildas Pungier, ambiance de groupe chaleureuse, sereine et concentrée, tout cela s’est vérifié une nouvelle fois ces derniers jours au théâtre de l’Arche à Tréguier, où nous enregistrions notre premier CD.

-is ns nsuppsnu© marthe vassallo 2014