Tokyo dans les oreilles

Je me suis amusée à les laisser traîner un peu partout (mes oreilles), et voici une petite compilation, évidemment parfaitement subjective, de ce qu’elles ont ramassé. Cliquez ici pour vous promener du métro aux étalages du marché de Ueno, puis aux magasins d’électronique, jeux vidéos et autres gadgets, aux pelouses de Shinjuku Gyoen (voir courrier précédent) avec leurs enfants et leurs corbeaux, et à un samedi soir en cours de consommation dans un quartier nocturne…


Tokyo étant une ville où le nombre de voitures est sévèrement limité, l’espace sonore n’est pas totalement accaparé par la circulation et le visiteur qui ouvre les oreilles reçoit un nombre délirant de messages, sollicitations aussi énergiques que brèves, une vitrine arrosée de pop qui succède à une autre, un camion de campagne politique, les bips et les plings des signalisations… Auxquels font contrepoids le calme des jardins et (peut-être surtout) le quasi-recueillement du métro.


Je regrette de n’avoir pas dégainé assez vite pour attraper, entre autres, les salutations tonitruantes de certains clients de petits restos, à côté desquelles les “Salut m’sieurs-dames” de nos piliers de bistrots sont des murmures de communiantes. Et les étonnants concerts de musique aléatoire qui vous attendent au détour d’un couloir de métro, faits de “bips” et de “pshhh”, et qui ne sont pas sans parenté avec mes crapauds… Et tant d’autres choses… Bref, ‘va falloir que j’y retourne!

u -is ns nsuppsnu© marthe vassallo 2014