Fougères: la vie de château

Quand au retour d’un festival, vous vous sentez pris d’un cafard imprévu (“comment, c’est déjà fini?”), c’est plutôt bon signe…



Sur le papier, le programme des Voix de Pays à Fougères avait l’air très bien. En vrai, ce fut encore mieux! Entre la générosité de Danyèl Waro, les profondeurs d’A Filetta (avec le bandonéoniste italien Daniele di Buonaventura), l’imagination de Chet Nuneta et les turbulences salvatrices du Còr de la Plana (crénom, que c’est dur de ne pas écrire de choses stupides sur les gens qu’on aime bien!), ce furent trois jours de Fête avec un grand FFFFFFF. Une organisation aux petits soins, taillée sur mesure pour les besoins d’une brochette d’artistes peu désireux de vivre en colonie de vacances mais ravis de faire connaissance (mieux ou tout court suivant les cas); des rencontres publiques qui nous ont permis d’apprendre les uns sur les autres des choses qu’il me faudrait personnellement des mois pour oser demander; et surtout de grands et beaux moments de concert… Le tout dans un cadre de rêve auquel ma pauvre photounette ne rend absolument pas justice…


Trop court, trop court! En tout cas, merci à toute l’équipe de ce moment de paradis. Dites, pourquoi ce n’est pas toujours comme ça?





u -is ns nsuppsnu© marthe vassallo 2014