Et tant qu’on est dans les cabarets de Montmartre…

C’est Mathieu Hamon qui m’a fait découvrir, il y a déjà fort longtemps, les chansons de Gaston Couté. Leur veine «patoisante», bien dans le ton de la Belle Epoque, pourrait faire songer à Botrel… jusqu’à ce qu’on les lise! Antimilitariste, contributeur des journaux anarchistes, éternel tiraillé entre l’énergie de Montmartre et la nostalgie de sa Sologne, Couté dit l’oppression sociale, les petites gens écrasés de travail et l’absurdité des convenances avec une hargne et une précision douloureuses. On raconte que les terrassiers du métro, Boulevard Magenta, firent une haie d’honneur sur le passage de son cercueil… 


C’est drôle, ces temps-ci je n’arrête pas de retrouver Couté en travers de mon chemin.


D’abord Duhamel, toujours lui! a mis en musique au moins un de ses textes, Les Mangeux de terre, en 1906. Et puis – ça ne s’invente pas – il y a trois semaines, alors qu’à une terrasse de restaurant nous dégustions, les membres de Vertigo et moi, un joyeux déjeuner d’après-concert et que je leur racontais la très cinématographique histoire de Lady Mond (1), tout-à-coup le monsieur de la table à côté s’adressa à nous: il n’avait pu s’empêcher de nous écouter, il se demandait si je connaissais Gaston Couté (oui) et plus précisément un texte nommé Les Gourgandines (non). Qu’à cela ne tienne, il avait justement un recueil sur lui, et hop! voilà Les Gourgandines qui m’atterrissent sous le nez.


Ah, la vache… Vous le trouverez là, ce texte et tous les autres (avec toutes les notes explicatives nécessaires). En voici seulement la deuxième moitié:


…Queuq's moués après, quand y a déjà d'la barbelée

Au fait' des charnissons et des p'tits brins d'éteule,

Faut entend' clabauder, d'vant la flamm' des jav'lées

Les grous boulhoumm's gaîtieaux et les vieill's femm's bégueules :

" Hé ! Hé !... du coup, la michant' Chous' s'a fait enfler !... "


Et les pauv's "michant's chous's" qui décess'nt pâs d'enfler

Descend'nt au long des champs ousqu'à trouvé linceul

Leu-z-innocenc'tombée, au nez d'un clair de leune.

- Les galants sont partis pus loin, la mouésson faite.

En sublaillant, chacun laissant là sa chaceune,

Après avouèr, au caboulot payé leu's dettes. -


"Quoué fer ? " Qu'a song'nt, le front pendant su' leu' d'vanquiére

Et les deux yeux virés vars le creux des orgniéres...

Leu' vent'e est là qui quient tout l'mitan du frayé !

Au bourg, les vieill's aubarg's vésounn'nt de ris d'rouyiers

Qui caus'nt d'ell's en torchant des plats nouér's de gib'lotte ;

D'vant l'église à Mari' qu'a conçu sans péché

Leu's noms sont écrasés sous les langu's des bigottes

Qu'un malin p'tit vicair' fait pécher sans conc'vouer ;

Les conscrits qui gouépaill'nt un brin, avant d'se vouèr

Attaché's pour troués ans au grand ch'nil des casarnes,

Dis'nt des blagu's à l'hounneur d'la vieill' gaîté d'cheu nous :

- "Sapré garc's, pour avouér un pansier aussi grous

A's'ont fait coumm'les vach's qu'ont trop mangé d'luzarne ?...

Ou ben c'est-l' un caquezieau qui l'sa piquées ?..." -

Au bourg, tout l'monde est prêt à leu' jiter la pierre...

A's r'tourn'ront pas au bourg les fill's au vent'e enflé,

Un matin a's prendront leu' billet d'chemin d'fer

Et ça s'ra des putains arrivé's à Paris...


Ben, pis qu'v'là coumm' ça qu'est... Allez les gourgandines !...

Vous yeux ont d'l'attiranc' coumm' yeau profond' des puits,

Vous lèvres sont prisé's pus cher qu'un kilo d'guignes,

Les point's de vous tétons, mieux qu'vout coeur, vout' esprit,

Vous frayront la rout' large au travers des mépris.

C'est vout' corps en amour qui vous a foutu d'dans,

C'est après li qu'i faut vous ragripper à c'tt' heure ;

Y reste aux fill's pardus, pour se r'gangner d'l'hounneur

Qu'de s'frotter - vent'e à vent'e - avec les hounnêt's gens :

L'hounneur quient dans l'carré d'papier d'un billet d'mille...

Allez les gourgandin's par les quat' coins d'la ville !...

Allez fout' su'la paill' les bieaux môssieu's dorés,

Mettez l'feu au torchon au mitan des ménages,

Fesez tourner la boule aux mangeux d'pain gangné

Aux p'tits fi's à papa en attent' d'héritage.


Fesez semaill' de peine et d'mort su' vout' passage

Allez, Allez jusqu'au fin bout d'vout' mauvais sort,

Allez ! les gourgandin's oeuvrez aux tâch's du mal :

Soyez ben méprisab's pour que l'on vous adore !...

Et si vous quervez pas su' eun' couétt' d'hôpital

Ou su' les banquett's roug's des maisons à lanterne

Vous pourrez radeber, tête haute, au village

En traînant tout l'butin qu' v' aurez raflé d'bounn' guerre.


Vous s'rez des dam's à qui qu'on dounne un çartain âge,

Vous tortill'rez du cul dans des cotillons d'souée

V' aurez un p'tit chalet près des ieaux ou des boués

Que v' appell'rez " Villa des Ros's ou des Parvenches "

L'curé y gueultounn'ra avec vous, les dimanches

En causant d'ici et d'ça, d'morale et d'tarte aux peurnes,

Vous rendrez l'pain bénit quand c'est qu'ça s'ra vout' tour ;

L'Quatorz' juillet, vous mérit'rez ben d'la Patrie :

Ça s'ra vous qu'aurez l'mieux pavouésé de tout l'bourg ;

Le bureau d'bienfaisanc' vienra vous qu'ri des s'cours.

Aux écol's coummunal's vous f'rez off'er de prix

Et vous s'rez presque autant que l'mair' dans la Coummeune


...Ah ! Quand c'est qu'vous mourrez, comben qu'on vous r'grett'ra

La musiqu', les pompiers suivront vout' entarr'ment ;

D'chaqu' couté d'vout convoué y aura des fill's en blanc

Qui porteront des ciarg's et des brassé's d'lilas...


Vous s'rez eun' saint' qu'on r'meun' gîter aux d'meur's divines...

Allez !... en attendant !... Allez, les gourgandines !...





Ah là là, si j’avais la moindre idée de comment chanter ça… (Du reste je n’arrive pas à savoir si cette chanson a pu être elle aussi mise en musique par Duhamel: elle fait partie, en tout cas, du même numéro des Chansonniers de Montmartre que Les Mangeux de terre. S’il devait s’avérer que c’est bien le cas, je ne promets pas que j’arriverai à me retenir…)



(1) Qu’attendez-vous, cinéastes, mais qu’attendez-vous?! La vie de cette femme est un immense film!

u -is ns nsuppsnu© marthe vassallo 2014