Patrimoine culturel immatériel

… ou «intangible cultural heritage», c’est la dénomination choisie par l’Unesco pour une bien belle et parfois fragile réalité: les savoirs, traditions, formes artistiques, artisanales, pratiques sociales, etc., «à la fois traditionnel[s] et vivant[s]» pour reprendre les termes du site de l’Unesco, qui constituent à la fois la matière même, l’expression et la réalisation d’une culture (là, c’est moi qui commente).


Depuis plus d’un an, Dastum et un grand nombre d’acteurs, particuliers ou associations, de la culture bretonne, planchent sur cette idée, et viennent de présenter à la Région et à la presse les trois directions décidées: proposer le fest-noz à l’inscription à l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel; à la liste de sauvegarde, comme pratique en danger de disparition, les gwerzioù et complaintes; enfin, ultérieurement, les jeux traditionnels bretons.


Il y a encore beaucoup de travail du démarrage à l’achèvement des dossiers, et plus loin encore de leur achèvement à, on l’espère, leur acceptation par l’Unesco. Mais l’idée est tout de même très, très excitante. Pour moi je prends le train en marche et je mentirais si je vous laissais croire que je vais jouer un grand rôle. Mais je compte bien donner tous les coups de main que je pourrai!








u -is ns nsuppsnu© marthe vassallo 2014