Le lendemain matin du grand soir

Dans la vie, il y a des jours et des lendemains. En ce qui me concerne, aujourd’hui appartient clairement à la deuxième catégorie: quand votre premier geste, au lever, consiste à perdre une clef dans un désordre insondable, et le deuxième à laisser tomber – et se briser, bien sûr – la lampe de poche destinée à vous permettre de retrouver la clef, vous savez qu’un grand jour commence. Quand, sous une pluie battante, vous arrivez au cinéma cinq minutes avant la séance de 18h00 et que vous découvrez d’une part que ladite séance est à 18h30 et d’autre part qu’il est en fait 16h55, le doute n’est plus permis: vous êtes en présence d’un Lendemain. Caractérisé.


Puis vous vous souvenez que la veille, vous avez chanté pour la première fois un superbe programme Bach/ Caroline Marçot dans l’abbatiale de Redon, avec l’ensemble Mélisme(s) et l’Orchestre de Bretagne:




… et vous vous dites qu’après tout, il y a des veilles qui valent largement la peine de se farcir un Lendemain.


PS: Ce lendemain-là s’est fini mieux qu’il n’avait commencé: j’ai réussi à arriver au cinéma, à la bonne heure et dans la bonne salle, pour voir “A bord du Darjeeling Limited”, que je ne saurais trop vous conseiller; ensuite de quoi je suis allée écouter Nadja trio en concert avec en invité Messire Pierre Marcault aux percussions, et c’était la fête, la classe, le bonheur – l’antidote parfait aux toxines d’un Lendemain.


PPS: J’ai retrouvé ma clef. A minuit.


usu -is ns nsuppsnu© marthe vassallo 2014