Jolis mots pour dimanche de pluie

Juste parce que ça me passe par la tête en corrigeant un détail dans un courrier précédent, où j’avais inexactement attribué au seul Penguern (collecteur du XIXe) le collectage/toilettage/création du “Paper timbr” qui proviendrait en réalité de Kerambrun.

Quelques vers de la collection Penguern:


“Hag e ve ar vro-mañ e paper

Hag an holl rivieroù

        a liv

Eus an neñv pluñv an holl lapoused

Hag e vent-i holl dastumet

Nend eo ket kapabl da skrivañ

Ur garantez evel homañ”


(Quand tout ce pays serait de papier / Et toutes les rivières/ d’encre/ Et les cieux la plume de tous les oiseaux / Et que tout cela serait rassemblé/ Cela ne suffirait pas à écrire/ Un amour comme celui-ci.)


Pas mal, non? Chanté par une Jeanneton Puil le 9 juin 1851. Le plus curieux c’est que le reste de la chanson est très quelconque – et puis tout d’un coup, à la fin, ce bijou. En 2000 pour le Bagad Kemper je l’avais adapté à la mélodie “Hep Diskrog” (Jean-Louis Hénaff), et mon petit coeur de midinette en frémit encore.


(Le “Dastumad Penwern” édité par DASTUM en 1983 et dont je tire ce grand-petit-plaisir est encore disponible! Attention cependant, il s’agit d’une édition sans traduction.)

u -is ns nsuppsnu© marthe vassallo 2014