Encore une bonne raison de f… la paix aux orties

La première s’appelait gastronomie;  celle-ci s’appelle Paon du jour


Je viens de l’apprendre: les colonies de chenilles noires qui faisaient ployer certains pieds d’ortie que j’ai, par acquis de conscience, épargnés lors du dernier débroussaillage, ces cocons blanchâtres, grouillants de bestioles noires comme la suie et hérissées de piquants patibulaires – sur l’ortie en fleurs toute dégingandée dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle n’est pas non plus au sommet de son élégance – sont en fait la nurserie un peu Burtonienne du Papillon des Papillons. Ça vaut bien un talus un peu hirsute.


Ah, Urtica Dioica, que deviendrais-je sans toi?



usu -is ns nsuppsnu© marthe vassallo 2014