*Ma tantirelirelo

Nous voici en juin. En juin, normalement, il fait beau. Normalement. Et une belle journée de juin, tiède et parfumée, c’est le moment idéal pour une visite au Château de la Roche-Jagu (22) (dont je chaparde cette jolie photo sur le site du Conseil Général, j’espère qu’on ne me mettra pas en prison?).


Oyez, bonnes gens: depuis l’année dernière, le château s’est doté d’un “parcours d’interprétation”, c’est-à-dire d’une sorte d’expo permanente renseignant le visiteur sur la vie et la fonction du lieu au Moyen-Age. Et c’est là qu’apparaît votre servante: car outre les panneaux explicatifs en bonne et due forme, le parcours s’étoffe de petites devinettes et comptines, en français et en breton, à l’intention des pitchouns et ex-pitchouns. Et j’ai eu la joie d’être sollicitée pour les écrire (et les rassembler, puisque j’y ai inclus plusieurs pièces traditionnelles). C’est aussi ma douce voix, alternant avec celle de Sébastien Le Guillou, que vous entendrez les dire. Et si vous êtes non-voyant, c’est carrément la visite entière que vous passerez en ma compagnie: c’est moi qui lis le commentaire audio. (On m’objectera que si vous êtes non-voyant, la probabilité que vous lisiez ceci est assez mince. Détails, détails.)


Donc, si vous allez à la Roche-Jagu humer les somptueux jardins, rester bouche bée devant la ria du Trieux et faire une ventrée d’art (l’expo temporaire de cette année réunit une alléchante brochette de plasticiens du Département), vous aurez accessoirement l’occasion de voir ce qui m’a occupé le ciboulot durant une bonne partie de l’hiver 2005-2006. J’étais amoureuse de cet endroit depuis des années (cela n’a, du reste, rien de très original: tout y est superbe); je suis ravie qu’on m’ait offert de le hanter discrètement et affectueusement…



u -is ns nsuppsnu© marthe vassallo 2014