*Gwerzioù: l’album est là!

L’album Gwerzioù, qui fixe une partie du travail de chant a capella/traduction en français réalisé les deux années dernières avec Nolùen Le Buhé, Annie Ebrel et André Markowizc, vient d’arriver! Initialement destiné à une distribution interne au réseau du Théâtre de Cornouaille (producteur de toute l’aventure), il doit finalement être distribué par Keltia Musique et, de ce fait, disponible dans toutes les bonnes boulangeries!



Il s’agit, donc, de six grandes complaintes chantées en entier et a capella (c’est-à-dire comme elles sont faites pour être chantées, et comme nous avons assez rarement l’occasion de le faire vraiment!) et jalonnées de leur traduction française écrite et dite par André Markowicz. Le but est bien sûr de donner aux non-bretonnants un accès à l’histoire chantée en temps réel, rendant ainsi à la narration sa juste place au cœur de ce répertoire; et le résultat, une déclaration d’amour passionnée (1) à un genre un peu délaissé ces dernières années, lui qui fut si longtemps considéré comme le fleuron de la tradition orale.


Puisse ce disque être aussi intime et intense que nous avons cherché à le faire; et puissiez-vous y trouver ce que nous ressentions si fort en l’enregistrant: la présence renversante des personnages, la densité de plusieurs siècles de transmission; le pur mystère de dire et de chanter, qui dépasse géographies et chronologies et fait que là où une seconde avant il n’y avait que silence, tout-à-coup une voix suscite des mondes tout entiers.


C’est ce miracle-là qui nous bouleverse quand nous entendons ces chansons, c’est celui-là que nous cherchons à renouveler lorsque nous les chantons.


C’est un miracle sans esbrouffe, un miracle qui ne scintille peut-être pas assez agressivement pour le marché du spectacle ces temps-ci. Un merci d’autant plus grand au Théâtre de Cornouaille et particulièrement à Michel Rostain, à Marie Guiot et au preneur de son Fabien Le Gallou de s’être mis en quatre pour que tous nous puissions le partager.




GWERZIOÙ, Nolùen Le Buhé, Annie Ebrel, Marthe Vassallo, André Markowicz, Théâtre de Cornouaille, 2009, distr. Keltia Musique.

A réclamer à votre marchand préféré, ou à commander là! N’oubliez pas que Noël 2009 n’a jamais été aussi proche…


(1) Passionnée, le mot est faible: cela se sait peu, mais quand il ne traduit pas Pouchkine, Dostoïevski ou Shakespeare, André Markowicz écoute, lit, apprend et chante des gwerzioù. Des TAS de gwerzioù. Je crois qu’à lui seul il en connaît autant que nous trois réunies!



usu -is ns nsuppsnu© marthe vassallo 2014