Les fantômes sont des choses qui arrivent : le sonnet final

Trouvé, donc, par ma grand-mère Germaine Villaneau entre les pages d’un livre, peu après la mort de son grand amour, mon grand-père François Villaneau. C’est le numéro 74 des sonnets de Shakespeare, dans sa traduction à lui. 


LXXIV

Console-toi : demain, quand les décrets rigides

M’arracheront à toi sans délai ni recours

Tu ne vas pour autant demeurer les mains vides.

Va, le meilleur de moi t’accompagne à toujours.


La belle part de moi qui t’était consacrée

Quand tu liras ces mots soudain t’apparaîtra ;

Ma glaise au fond du sol peut bien être enterrée,

Non l’esprit qui fut tien et qui le restera.


Et tu n’auras perdu par la mort de ma chair

Qu’un misérable moi, le déchet de ma vie,

Le butin d’un couteau, la pâture d’un ver,


Une chose de rien, trop digne qu’on l’oublie.

Non, pour ce corps défunt ne te fais nul souci :

Mon esprit, tu le tiens ; je te le donne ici.


               (Shakespeare, traduction François Villaneau.) 



LXXIV

But be contented: when that fell arrest

Without all bail shall carry me away

My life hath in this line some interest

Which for memorial still with thee shall stay. 

When thou reviewest this, thou dost review

The very part was consecrate to thee

The earth can have but earth, which is his due

My spirit is thine, the better part of me. 

So then, thou hast but lost the dregs of life, 

The prey of worms, my body being dead, 

The coward conquest of a wretch’s knife

Too base of thee to be remembered. 

The worth of that is that which it contains: 

And that is this, and this with thee remains. 


tau u isis uxisnt l reusu -is ns nsuppsnu© marthe vassallo 2014