Textes de chansons


Cette page est en chantier, et pour l'instant ne comporte qu'une seule chanson, celle qu'on me demande le plus. D'autres textes viendront s'y ajouter, un peu plus tard, au gré de l'inspiration et de la demande… 



AN DISTRO

(Paroles Marthe Vassallo, musique Gilles Le Bigot)


Ha gwir e 'h eo? ’me ar gwez war vord an hent

Gwir eo 'mañ graet da choaz chom du-hont?

Ha gwir e 'h eo? ’me ar gwez war vord an hent

Gwir eo 'mañ graet ganit da soñj?


Lec'h a gari, eme delioù ar gwez

Lec'h a gari, plac'hig, a c'hallez mont

Lec'h a gari eme delioù ar gwez

Pa vi distro, amañ 'vefomp


N'eus ket a harz, eme boked ar c'hleuz

N'eus ket a harz d'ar c'hoant foetañ bro

N'eus ket a harz, eme boked ar c'hleuz

Pa vi skuizh o foetañ e teui en dro


************


Ha soñj ho peus deus un devezh re bar d'ar re all

’Met e oa sklaer en ho spered

Soñj ho peus deus ho kleñved ha deus ho remed


Ken aezet eo dilezel kerent ha mignoned

Aesoc'h evit ’barzh ar sonioù

Aezet eo ober fae deus an donañ gwrizioù


’Vel ur martolod o welet an aod o kreskiñ dirakañ

A refe un hanter-dro d'e vatimant

Den n'en do glac'har, glac'har a-walc'h da zont d'ho komandiñ

Ne cheñcho buhez ’bet ’met hoc'h hini


*******


Ha soñj ho peus deus un devezh re bar d'ar re all

Soñj ’peus e oa lous an amzer

Soñj ho peus deus mouezh ar c'hleuz ha c'hwezh ar rinier


Digor e oa, hag ar goleier tout war enaou

Na "penaos" na "perak" ebet

Digor 'oa an nor e ti ho kamaraded


Priziusañ poan, ar pistig dizanav en ho kalon

Pa oac'h ken libr da vont evel da chom

Antreet e oac'h en sell d'o'r ho kweladenn diwezhañ

Ha c'hwi er gêr evit ar wech kentañ. 



Est-ce vrai ? disaient les arbres sur le bord de la route 

Est-ce vrai que tu as choisi de rester là-bas ? 

Est-ce vrai ? disaient les arbres sur le bord de la route

Est-ce vrai que ta décision est prise ? 


Va où tu veux, disaient les feuilles des arbres

Va où tu veux, fillette

Va où tu veux, disaient les feuilles des arbres

Quand tu reviendras, nous serons là


On n'empêche pas, disaient les fleurs du talus

On n'empêche pas l'envie de courir le monde

On n'empêche pas, disaient les fleurs du talus

Quand tu sera lasse de courir, tu reviendras…


*******

Vous souvenez-vous de ce jour tout semblable aux autres

Sinon que les choses étaient claires en votre esprit

Vous souvenez-vous de votre maladie et de votre remède ?


C'est si facile d'"abandonner ses parents et amis"

Plus facile que dans les chansons

C'est facile de faire fi des plus profondes racines


Comme un matelot qui verrait le rivage s'approcher

Et ferait faire demi-tour à son bateau

Personne n'en aura de chagrin, assez de chagrin pour vous commander

Aucune vie n'en sera changée que la vôtre


**********

Vous souvenez-vous de ce jour tout semblable aux autres

Vous souvenez-vous du temps pourri qu'il faisait

Vous souvenez-vous de la voix du talus et de l'odeur de la rivière ?


C'était ouvert, et toutes les lumières allumées

Pas de "pourquoi", pas de "comment"

La porte était ouverte chez vos amis


La plus précieuse des douleurs, ce point inconnu dans votre cœur

Etre aussi libre de partir que de rester

Vous comptiez, en entrant, rendre votre dernière visite

Et vous étiez chez vous pour la première fois. 



-is ns nsuppsnu© marthe vassallo 2014